chambre d'hote de charme
  gite rural séjour tourisme  
résidence vacances brissac montpellier
 

La Poésie, ma "nouvelle" passion - quelques extraits de www.semeurdamour.com

 

Marchand de bonheur

Que ce soit une obole ou un vrai don de soi,
Un baume de bonheur ou caresse de soie,
Partager et offrir enrichit le donneur,
De l’antre du foyer au brasier de son cœur.

Mon métier me permet de donner à tout va
J’ai crée de mes mains, façonné avec foi
Un édifice de joies et de plaisirs sereins…
Au cœur de cette bâtisse, je construis mon destin.

Dans un cadre idyllique, je cultive l’Épice *
Celui de faire plaisir... au diable l’avarice.
Fleuristes et jardiniers s’opposent dans l’art du don,
L’un vendeur, moi, créateur de vie, de frissons.

Chez moi, vous serez toujours reçu comme des rois,
Amis ou « clients » sont des invités de choix
Un luxe qu’on acquiert avec le temps et l’esprit
Qui va de paire : libre, passionné et insoumis.

Je mûris et je pose un à un mes jalons,
Cultive et développe une à une mes passions
Sans compter les déceptions et les sacrifices,
Pour bâtir en ce lieu, un temple de délices:

Créer l’alchimie d’un équilibre apaisant
Mixer des cocktails de bonheur pour ces gens,
Mille feuilles de couleurs dans un cadre reposant.

Rendre heureux des mariés et leurs cent invités,
Imaginer cent façons pour rêver éveillé
Ne laisser au hasard que le plaisir d’être charmé.

Partager l’amour d’un terroir ou d’un pays,
Faire tout mon possible pour un séjour réussi,
Enrichir chaque instant de partage de vie.

Cultiver un jardin d’éden fou de soleil,
Où courent et dansent nos enfants rois qui s’émerveillent
Sous l’œil attendri de parents qui baillent aux corneilles.

Donner sans compter, accueillir l’autre dans la joie,
Avec un peu d’amour, une tablée qui festoie.
Sans rien attendre en retour  : susciter l’émoi.


Je suis marchand de bonheur, de sérénité,
D’accueil peaufiné dans l’authenticité.
N’hésitez pas à passer, vous êtes invités...


* réf. au film Dune

Retraite spirituelle en Cèvennes

Après 30 minutes de routes de montagne, nous bifurquons au Lac des Pises vers le Col de l’homme mort sur un sentier forestier seul praticable à dos d’âne, à pieds ou en 4X4. Ce sera ce dernier qui franchira ornières, dévers, terrains cabossés par les pluies diluviennes Cévenoles.

30 minutes encore pour arriver au bout du monde, sur ce belvédère dominant des Cévennes à la Méditerranée.
Seul au monde en plein milieu d’une nature généreuse… on se sent immédiatement tout petit dans cette immensité naturelle protégée qu’est le Parc National des Cévennes.

Suspendus à 1000 mètres, la puissance de l’homme défiant la nature et les éléments pour bâtir cette bergerie aux pieds des Dieux, petit coin de paradis isolé sur Terre. Elle se dresse noble et fière comme tombée du ciel, ses pierres claires patiemment assemblées, ses ardoises sombres finement taillées et sculptées avec passion.
Un bien inestimable car transmis de père en fils, invendable sans imaginer la préemption du Parc National. Les travaux effectués avant le classement du Parc apportent le nécessaire pour un séjour rustique et authentique. Pendant ces quelques jours, l’eau chaude sera un luxe à ne pas abuser, l’électricité une invention éloignée qui aurait enlevé une partie du charme de nos bougies.

Un intérieur des plus rustiques me parle d’authenticité, de soirées au coin du feu, de la simplicité et la pureté d’une vie sans fioriture. C’est donc ici qui je vais passer mes premières vraies vacances depuis la naissance de ma fille ainée…


Il y a des lieux qui invitent à ne rien faire
Des endroits magiques qui ne peuvent déplaire
Où la douceur de vivre rime avec plaisirs
Où la sérénité s’impose à tous désirs.

C’est au cœur des Cévennes que je viens me ressourcer
Entendre les rires des enfants à gorges déployées
Dans une nature omniprésente pour nos vies trop speedées
Et dans le calme elle me présente, ses secrets pour ma paix.

Devant mes yeux ébahis, elle déroule
Ses drapés de soierie vert profond ou émeraude
Ses paysages précieux qui inspirent cette ode
A notre mère Nature, à cette vie qui s’écoule.

Au pied de la belle, l’Hérault caressant ses flancs
Ondulant sur une mer de montagne
Dans ces rides profondes, une larme de géant
Sinuant vers le cœur de ma Séranne

Juché sur le belvédère de mon pays,
Tout ici m’appelle à la plus douce exploration
Face à la démesure de ces étendues vierges
Détachement total, loin de toutes contraintes…
Le murmure du vent frais au parfum d’air inviolé
Sur les bosquets de mûres mures attendant d’être croquées
Une sauterelle se prélasse à l’heure de la sieste
Le cricri des cigales donne la cadence aux heures qui s’allongent
Et l’écho des grillons répond à l’invitation à la paresse
Un aigle surfe les nuages et me plonge dans une vague à larmes
Un papillon décolle d’une fleur encore étourdie par l’amour
Et c’est mon âme toute entière qui s’envole

Une source généreuse vient apporter un brin de fraîcheur
Dans ces journées marquées par le poids de la torpeur
Les animaux viennent s’abreuver à la source de mes rêves
Le croassement des grenouilles résonne dans la nuit étoilée
Les traces fraiches de cervidés dans le bassin me font bramer
J’imagine les marcassins près de leur mère, protégés
Une biche et son faon pour ses premiers pas sur un causse pelé
Une horde de loups partant à la chasse dans un passé dépassé

Au cœur de cette forêt rêvant l’été indien,
Un feu d’artifice de mille sons et couleurs d’automne
Des odeurs d’authentique qui m’embaument le nez
Concerto de mille parfums, allegro de thym et le romarin
Récital de couleurs, d’effluves de menthe sauvage et de jasmin
Florilège de feuilles sur un tapis de fougères
Pastel de roses sur un champ de bruyères.
Alors que le vert des sapins explose d’un jaune jeunet
Le manteau blanc du faillard* m’inspire un Noël en été.
Les chênes ancestraux à l’écorce marquée
Témoignent de la rudesse d’un climat sans concession

Cette ancienne bergerie me parle d’authentique
Et me fait cette promesse de souvenirs magiques
D’une vie présente et à venir, où rien n’a changé
Dans cet écrin de plaisirs aux portes du passé.
Ses ruines attestent de l’importance du troupeau
Qui hier encore venait transhumer ses pâturages.
Juste à côté, un arc de triomphe, vestige du passé
Portail inter temporel vers l’imaginaire du rêveur.
Dans ce chaos de pierres granitiques et de schiste
Je vois le terrain de boules des Dieux où des géants
Comptant les points sur un toit de lauzes élégants.
Les murets de pierre patiemment alignée
Me prouvent que rien n’est impossible quand on y croit.

Dans cette vie au ralenti, les minutes rétrécissent
Un tout se condense dans un hymne à la paresse
Qu’on aimerait écrire des semaines durant.
Oh qu’il est doux de ne rien faire
Quand on a toute la journée à penser
Et quand la nature nous fait sa cour
On rêve déjà d’être marié.

 
Galerie
gite de france brissac location chambre d'hote tourisme chambre d'hote hérault séjour gites de france brissac
 
   
© 2005-2017 mas-de-causse.com – CMS CEM XNet